Archive for mai 2009

h1

DRAG ME TO HELL – Movie Review

31 mai, 2009

« I’m just gonna blow your fuckin’ braaaaains out! »

DRAG ME TO HELL - Movie Review Read the rest of this entry ?

h1

UP – Movie Review

31 mai, 2009

J’ai passé la nuit là-dessus. J’espère que ça valait le coup.

UP - Movie Review

Read the rest of this entry ?

h1

L’épilogue

30 mai, 2009

Vous avez sûrement encore une question pour moi sur lèvres: Est-ce qu’il y a au moins un projet scolaire qui a réussi à survivre à cet année pourrie? Honnêtement, oui. Je pourrais dire que 3 projets ont presque trouvé leur chemin hors de ce bordel. En fait, ça serait mieux de l’abbaisser à 2 parce que quand j’y pense pour un instant, l’incident relié à 1DOWN me donne envie de tuer du monde.

Mais sérieusement, aujourd’hui nous alons analyser ce qui reste de ces deux projets. Premièrement, parlons du projet podcast, où plutôt de NEoN BRAiN PODCASt.

NEoN BRAiN PODCASt était supposé être un podcast de musique électronique. Il composait d’un mix de 8 chansons complètes et je le considèrait un peu comme une introduction à la musique électronique. Et bonne chance pour trouver un fan de ça dans mon école à part moi. Le podcast est le projet qui n’a pas réussi à s’en sortir indemne. Pourquoi? Tout simplement parce qu’il n’est pas terminé. Le problème était qu’il fallait que j’enregistre ma voix à la maison pour les sections parlées. Étant donné le manque complet de motivation pour faire du travail à la maison (Je viens de passer 7 heures de merde, donnez moi une pause), le projet n’a jamais été terminé.  Oui, c’est vrai que j’ai tout de même réussi à mettre une bande-annonce en ligne, mais si vous remarquez bien, on n’y trouve aucune voix. Et originalement, il était supposé en avoir. Très peu, mais quand même. C’est triste parce que pour tout vous dire, les mix sont terminés. Les chansons furent choisies, elles furent toutes assemblées dans un mix, et à l’exception du deuxième épisode où je dois égaliser le volume, ils sont finis. Mais vu que l’année scolaire est finie pour moi, il ne verront jamais la lumière du jour… savez-vous quoi? Je pense que je vais publiquer le tracklist pour les deux épisodes ici-même. Comme ça vous pourriez avoir la chance d’écouter les pistes qui aurait dû se retrouver dans ce projet…

NEoN BRAiN PODCASt: Episode One

  1. « Lava Lava » by Boys Noize – 04:03
  2. « Blue Monday » by New Order – 07:23
  3. « Loops of Fury » by The Chemical Brothers – 04:40
  4. « Clockwork (Cosmic Gate Remix) » by Deadmau5 – 08:15
  5. « The Girls (Radio Edit) » by Calvin Harris – 03:58
  6. « Gimme What You Got (Alex Metric Remix) » by Black Daniel – 05:36
  7. « M4, Pt. 1 (DVAS Macho Mix) » by Faunts – 05:26
  8. « Esther’s » by Amon Tobin – 03:23

NEoN BRAiN PODCASt: Episode Two

  1. « Revolution 909 » by Daft Punk – 05:27
  2. « Golden Dawn » by South Central – 05:30
  3. « Vuvuvu » by MSTRKRFT – 03:40
  4. « Safari » by Holy Fuck – 04:25
  5. « When Do You Wanna Stop Working (Pacific! Remix) » by Poney Poney – 04:28
  6. « True to Life » by Röyksopp – 05:50
  7. « Gumball Weekend Machine » by Yppah – 04:00
  8. « Hold Your Colour » by Pendulum – 05:23

Oui, je sais que 4 des 16 morceaux ici sont pris directement de la bande sonore de MotorStorm: Pacific Rift, mais au moins je l’assume. Et puis si vous me le demandez, Episode Two est le mix dont je suis le plus fier. Mais je suis aussi fier des trois dernières chansons du premier.

Le deuxième projet n’est toujours pas terminé, mais à l’exception du podcast, il va finir par voir la lumière. Vous voyez, à la fin de l’année nous avons dû  lire un certain livre en français. Tout le monde lisait le même maudit livre d’ailleurs. Son nom était Concerto en noir et blanc… même le nom me décourage. Parce qu’il me rappelle la médiocrité de celui-ci. Cependant, la fin du projet est intéressant: l’activité finale était un résumé-critique. J’avais dit en réaction à cette nouvelle «C’est mauvais, mauvais, mauvais.», et bien sûr tout le monde a entendu. Reste que je trouvais que c’était une occasion en or. Détruire un livre en utilisant toutes ses faiblesses? Super. J’ai commencé mon travail sur ce livre, et pour tout vous dire, je suis rendu à 605 mots, et je n’ai même pas fini la prélude. Imaginez le reste. La critique devrait être mise en ligne en Juin. Considérez ce texte comme étant le résultat de mon amour de Linkara (Atop the Fourth Wall), Spoony (The Spoony Experiment) et The Nostalgia Critic (That Guy With the Glasses).

Et c’est malheureusement tout. Le reste de l’année scolaire a sombré dans une abbyse, et je ne compte pas plonger pour les sauver. Et nous commençons officiellement le BVÉ de nouveau. Maintenant, excusez-moi j’ai deux films à aller voir au cinéma.

Secondaire 4 PROTIC n’est pas si difficile; tout ce qu’ils veulent, c’est votre âme. MONTEZ LE SON!

Profile Visitor Map - Click to view visits
Create your own visitor map

h1

La fin avant le début

29 mai, 2009

Peut-être que je suis revenu trop rapidement.

Les dernières semaines ne se sont pas vraiment passés comme j’aurai voulu. Bon, ce fut comme ça durant toute l’année pour être franc, mais vous allez comprendre dans un moment. En ce mois de mai 2009, j’ai essayé plusieurs choses pour me sortir de mon gouffre psychologique. Il y a eu le blogue, mais ça s’est planté très rapidement. Ensuite ce fut les anti… ah merde. Je vous ai pas encore dis ça, hein?

Vous vous souvenez de ma petite note à la fin d’un de mes articles? Eh bien je suis finalement allé à l’Hotel-Dieu et j’ai dû dire pas mal tout ce que j’avais sur la conscience pendant plusieurs mois. Et à voix haute s’il-vous-plaît. À la fin de la journée, on a confirmé que j’étais en pleine dépression. Non, attendez, je vais me reprendre… Vincent Émond souffre de dépression. C’est ainsi que j’ai commencé mon voyage dans l’univers des pilules hebdomadaires. En fait, tout cela a commencé véritablement une semaine plus tôt avec les antibiotiques à prendre à 16h45, mais maintenant on ajoute les antidépresseurs. C’est incroyable de voir qu’il y a un an je pétais le feu, et maintenant je dois prendre une moitié de pilule le matin, et une autre pilules en revenant de l’école qui m’empêche de prendre du lait pendant les 2 prochaines heures. Triste et pathétique… comme le reste.

Sauf que malgré un bon début grâce à un bon congé, les choses se sont corsées au retour. La première semaine à l’école s’est caractérisée par un sentiment similaire à «je m’en crisse» accompagné d’une attitude passive et aussi de trop d’idées qui arrivent en même temps. Reste que le dernier de ceux-ci se manifestait surtout au début de la semaine. Je dois aussi parler d’une anecdote qui s’est passé le mardi, lors de la révision en math. Et laissez-moi vous dire que je foirai pas mal dans ce domaine (en fait, la même chose pourrait être déclarée pour à peu près toutes les matières). Véronique Guillotin, celle qui m’aidait en math, a vraiment essayé de m’encourager à réussir mon année scolaire. Et à chaque fois je répliquai du genre Life TRULY sucks (Désolé pour l’anglais, je ne savait pas comment exprimer ça en gardant l’esprit). Il y avait aussi le fois où elle nous a dit «Voulez-vous vraiment faire des cours d’été?». Et j’ai alors révélé qu’on s’emmerde l’été, quand on a rien à faire.

Les problèmes se sont empirés cependant à la deuxième semaine. Car en addition à l’augmentation de «je m’en crisse» , j’étais de mauvaise humeur. Vraiment de mauvaise humeur. Qu’est-ce que je fais là? Je sais depuis longtemps que mon année va mal. Pourquoi il faut que je revienne à chaque jour pour le constater encore et encore? Il y a aussi les idées stupides. Maintenant, ce que je vais vous dire n’est aucunement exagéré ou prétentieux. En fait, c’est arrivé cette semaine. Durant l’examen de math de résolution de problème (Quelle joie!), j’ai décidé de quitter tout bonnement la classe pour téléphoner à mes parents. Tiens, c’est arrivé au maudit dernièrement. En tous cas, j’ai dis que j’étais une mauviette. Que je n’accomplissait jamais mes idées. J’ai dû raccrocher parce que je n’étais même pas supposé faire ça, et j’ai terminé mon examen à la bibliothèque plutôt qu’en classe. Pour être honnête, terminer ne serait pas vraiment le bon mot parce que j’ai abandonné. J’ai frappé un mur très tôt dans l’épreuve, puis j’ai fait une constatation qui a détruit toutes mes espérances. Alors j’ai passé le reste de l’avant-midi à downloader Skype et une chanson sur iTunes. En c’est tout. Donc après avoir fièrement foutu son examen, et même son secondaire 4, à la poubelle et avoir établi que j’étais une mauviette, devinez qu’est-ce que j’ai fait de mon après-midi. Devinez. D’ailleurs, je vais vous donner deux chances.

Si vous avez deviné que j’ai quitté mon école pour rentrer chez moi, malgré que cela voulait dire une extrêmement grosse marche à pied, vous êtes extrêmement chanceux. Oui, j’ai décidé de m’embarquer dans un long périple vers Saint-Augustin-de-Desmaures, et ce, même si le point de départ est à Ste-Foy. Mais savez-vous quel est la pire affaire à propos de tout ça? C’est la deuxième fois que ça m’arrive! Mercredi j’ai décidé de rester à la maison. Mais sachez que j’avais mes raisons: diarrhée. Bon, ça et je voulais prendre une douche. Jeudi cependant, je fut là que le concept d’idée stupide s’est accompli. J’avais cette petite idée derrière la tête depuis un certain temps, mais ce matin j’avais décidé que je la mettais en exécution. Cette idée était d’apporter à l’école mes haut-parleurs et de mettre de la musique forte pour un seul but:

Faire chier le peuple.

Honnêtement, c’était ça le but. Laissez-moi vous dire que le plan n’a duré que 30 secondes avant qu’on me demander d’arrêter et que je me rend compte que j’ai été vraiment con de penser ça. Et si vous voulez savoir pourquoi j’ai fait ça, disons que j’avais une certaine haine envers la classe. Le reste de la journée fut une perte de temps complète jusqu’à, miracle, mon deuxième rendez-vous à l’Hotel-Dieu. Je leur ai dit ce que je vous ai dis dans cet article. L’effet des antidépresseurs, la marche, tout. Par exemple, je vais vous épargniez les sujets de la première rencontre, tout simplement parce que je ne veux plus revisiter ces souvenirs. C’est assez pour moi. Quand ils ont vu que j’avais encore moins la motivation de travailler qu’avant et j’avais déjà enterré mon année, ils ont décidé de m’enlever un gros poids sur les épaules.

Je suis officiellement en congé de maladie mesdames et messieurs. La situation était devenu impitoyable et il ne restait plus de temps avant que je tue un des élèves de la classe avec un ordi ou une brocheuse (Je pensais à ça depuis longtemps d’ailleurs). Je vais donc être obligé de reprendre mon année, mais bon j’y suis condamné. Ce que je trouve le plus triste, c’est que ma vie sociale est tellement un bordel que si quelqu’un n’est pas dans la même classe que moi, toute communication avec elle est totalement nulle. Imaginer ça maintenant. J’espère que mes amitiés avec les autres, aussi petites qu’elles soient, continueront.

Je suis sûr que vous avez encore une autre question pour moi: Pourquoi est-ce que je recommence le BVÉ après toutes ces tentatives? Eh bien la raison est que j’ai besoin d’un projet cet été et vu que le plus gros problème n’est plus là, je pense que j’ai un chance cette fois-ci. Peut-être que le BVÉ peut vivre finalement, qu’il peut repartir à zéro. Après tout, on a tous besoin de détruite son fichier de sauvegarde d’une façon ou d’une autre.

Pendant ce temps: Vincent a un épisode de déchainement sur « Golden Dawn ».

Profile Visitor Map - Click to view visits
Create your own visitor map

h1

STAR TREK – Movie Review

8 mai, 2009

STAR TREK - Movie Review

Read the rest of this entry ?

h1

My Advice, Pt. 1

7 mai, 2009

Considérez cet article, et tous les autres qui suivront, comme étant une certaine thérapie. L’affaire est que jusqu’à maintenant, secondaire 4 fut une année terrible. Tout ce qui pouvait aller mal psychologiquement est arrivé d’une façon où d’une autre, y compris ce qui s’est passé avec le BVÉ. Je sais que je devrais aller voir quelqu’un à la place d’écrire ici mais honnêtement je ne pense pas pouvoir attendre plus longtemps, alors que la situation continue de se détériorer. Et je dois dire: je suis en maudit contre mon école. Oh oui. Et je ne vais pas les pardonnez de sitôt. Pas avant d’avoir finalement dit ce que j’ai dans le coeur depuis 5 mois, même plus. Mais avant de commencer, j’aimerais vous dire que les évènements décris ne sont pas vraiment en ordre chronologique. Ça prendrai vraiment bien trop de temps à tout rassembler alors je vais prendre les souvenirs comme ils arrivent.

Et ils arrivent pas mal.

Je pense que la meilleure façon de commencer cette chronique serait en parlant de la mort du BVÉ. Je sais que vous êtes vraiment échoeuré de savoir comment ça se fait que j’ai été obligé de délaissé mon blogue à cause de tout plein d’affaires, mais aujourd’hui on ne parle pas du tout des ces moments. On parle de comment il a fini par mourir et pourquoi j’ai officiellement proclamé sa disparition et mon refus de bloguer sous n’importe quelle circonstance… jusqu’à cette semaine où j’ai véritablement atteint le fond du baril.

C’est pas compliqué de voir que la raison pourquoi je ne pouvais plus bloguer était bien sûr l’école qui prenait vraiment beaucoup de place, et vu que je n’avais absolument aucune envie de travailler (j’ai passé 7 heures à m’emmerder, est-ce que je peux faire autre chose?), c’est le blogue qui a souffert. Vraiment souffert. En fait, on ne pouvait rien bloguer à part ce que l’école veut qu’on blogue. Et vous savez tous que je ne veux rien savoir sur écrire un article sur des maudits pingouins. Proticblog.net est devenu un site de blogues complètement scolaire, et j’ai finalement dû laisser faire le BVÉ, pour le pire.

Ne me prenez pas pour un paresseux, j’ai essayé de le réanimer… plusieurs fois. Surtout cet hiver. Mais malheureusement j’ai été frappé par quelque chose dont nous allons parler demain, sans doute. Mais le véritable problème était que je savais que de toute façon, je serais obligé de le tasser encore une fois à cause de tous les travaux scolaires. C’est comme si on avait une personne blessé, et que j’étais parti pour aller chercher quelque chose pour le remettre sur pied. Seulement pour qu’il se fasse battre, tabassé et bel et bien tué avant que j’arrive.

Alors pendant plusieurs mois, je me suis mis dans la tête que bloguer était une perte de temps qui ne servait à rien, qui ne m’aidait pas du tout. Je sais bien que certaines personnes ont essayé de me faire écrire vu la marde qui m’arrivait, mais j’ai jamais voulu. C’était pas vraiment une bonne décision, mais quand j’y pense, j’étais tellement en colère contre PROTIC et en même temps mes parents commençais à capoter sur mes études (Autre histoire, autre article). Lorsqu’on parlait de mon ancien blogue dans la classe, je répliquant qu’il est mort. Mort et entéré, d’ailleurs.

Cependant, depuis un certain temps… l’idée d’un blogue revient. On essaye de trouver un psychologue pour moi vu mon état et ma perception de l’école au complet, qui est… incendiaire, je dois dire. La pression continue encore et encore. Donc, j’ai décidé qu’aujourd’hui je commencerais une sorte de thérapie pour vous décrire les maux que j’ai vécu depuis janvier 2009, et même plus. Je sais qu’il y en a qui ne sont pas content de la situation en ce moment, mais sachez que le BVÉ est comme la grippe espagnole; c’est la deuxième vague qui est la plus dévastatrice… j’avoue que cette comparaison est pas tellement bonne, mais bon, vous comprenez.

Reste qu’il faut dire que le dernier article écrit ici était en novembre. Lorsqu’on est revenu du congé de Noël, ça l’a vraiment commencé à débouler…

Note: ma mère m’a informé ce midi que j’ai finalement un rendez-vous avec un psy. Je reste tout de même sur mon idée.

Profile Visitor Map - Click to view visits
Create your own visitor map

h1

Mon nom est Vincent Émond…

6 mai, 2009

…et je vais vous dire comment j’ai perdu plus de 5 mois de ma vie…

Profile Visitor Map - Click to view visits
Create your own visitor map