h1

Le scénario de la victime

12 juillet, 2009

Hier soir j’ai eu une petite discussion avec ma mère à propos d’un sujet que je trouve vraiment tabou dans la culture québécoise. J’aurai voulu avoir un meilleur prétexte pour écrire là-dessus, mais maintenant que j’ai la problématique en tête je pense que ça serait une bonne idée de se lancer sur le sujet avant que toutes mes idées s’envolent. Je vous regarde, vous les films québécois.

Et depuis un certains les créateurs de plusieurs film dans l’industrie ont eu tendance énervante pour moi, apprenti critique de film. Vous avez cette habitude où lorsque votre film sort, et qu’il n’est pas très bien reçu, vous dites tout le temps que les critiques sont trop durs sur le cinéma d’ici. Peu importe le film… laissez-moi vous dire quelque chose: vous êtes juste une maudite bande de chialeux. Arrêtez de pleurnicher lorsque votre long métrage n’a pas de bonnes cotes. Arrêtez de blâmer tout sur ces journalistes avant d’étudier leurs complaintes. Ce n’est qu’une manière facile et juvénile d’interpréter des opinions, et ça me rend aussi de très mauvaise humeur parce qu’en voyant leur célébrités dire ça, ils s’entrent ces propos dans la tête et ont donc une fausse perception du travail de critique.

L’excuse primaire qu’ils ont est que vu que l’ampleur de notre cinéma québécois est vraiment inférieure à celui américain, on devrait donc leur laisser une chance contre les grands canons. Je n’ai rien contre le fait de supporter notre cinéma d’ici, en fait j’encourage et je fais déjà mieux que plusieurs autres adolescents, mais on ne doit pas le supposer ainsi! Est-ce qu’ils demandent que lorsque j’écris mon opinion sur le film que j’ai vu, je pense «Mmm, c’était mauvais. Mais bon, c’est un film québécois alors je vais leur donner des points bonus.» Ça ne fait rien si le film est américain, québécois, français, ou japonais; si le film n’est pas bon, le film n’est pas bon. Si le scénario a des problèmes, le scénario a des problèmes. Si c’est prétentieux à mort, c’est prétentieux à mort. Vous comprenez? J’aime tellement le fait que pendant des années, certains ont dit que la qualité de nos films d’ici avait rejoint celle des grands studios hollywoodiens, mais sur ce plan là nous sommes attaqués.

Je pense que le gros problème est que les gens ne comprennent pas bien le job de critique de film. Surtout la règle d’or: Lorsqu’un critique écrit un texte, il représente son opinion. SON opinion. Pas la vôtre, sous aucun prétexte. Ne vous attendez pas à ce que cette personne représente votre point de vue à tout coup. Surtout si vous lisez Le Soleil. Considérez les critiques comme étant des amis. Apprenez à les connaître, lisez leurs travaux, comprenez ses préférences. Ainsi vous pourrez identifier la personne se rapprochant le plus de vos goûts. Mais n’oubliez jamais que son opinion est la sienne, votre opinion est la vôtre.

Quand j’y pense d’ailleurs, plusieurs de ces films devraient atterrir en court, prêts à être jugés comme il faut. Parce que oui, malgré la qualité du cinéma d’ici, il y a tout le temps certains qui n’ont pas autant réussi. J’en connais beaucoup, comme Aurore, À vos marques… Party!, La forteresse suspendue, Roméo et Juliette – je pourrais continuer pendant toute la journée – Nouvelle-France, Le bonheur de Pierre, Dans une galaxie près de chez vous 2, même Babine

Profile Visitor Map - Click to view visits
Create your own visitor map

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :