h1

Le ventre de la bête

12 août, 2009

Ventre

Dernièrement, on nous a longtemps parlé de l’importance de bien manger, de déguster de nos légumes and d’éviter l’option du fast-food le plus souvent. Et laissez-moi vous dire que cette dernière option est toujours la plus problématique. J’aimerais bien vous parler de ce stupide enfant qui allait au Subway à chaque fois où j’allais là (et même plus), et la dernière fois que j’y suis allé, ses amis ont réussi à fucker le service complétement. J’aimerais aussi parler du projet sur la mondialisation, où une équipe a fait son exposé sur McDonalds, montrant tout plein d’affaires dégueulasse sur le sujet, alors que des personnes dans l’auditoire disait qu’il ne reviendraient plus à ce restaurant.

Nous savons tous qu’est-ce que ça a donné.

Mais je ne suis pas comme le reste de la population, car il existe en fait l’autre côté de la médaille. Pensez-y un instant; on parle toujours de l’impact de trop manger de mauvaises choses, mais si on parlait de ne pas assez manger lorsque le sujet se fous globalement de son apparence. Ainsi est mon cas. Lors d’un rendez-vous avec la psychiatre de l’Hotel-Dieu, on m’a encore fait un examen médical et comparé au dernier que j’ai fait en mai, j’ai perdu deux kilogrammes et j’ai gagné trois centimètres. Déjà on avait pensé à la possibilité de pilules pour me donner l’appétit auparavant, mais maintenant nous étions dans l’urgence d’agir et nous sommes sortis avec une nouvelle presciption, en route vers la pharmacie.

Vous voyez ces pilules dans l’image? Ce ne sont pas mes antidépresseurs (que je ne trouve pas en ce moment). Ce sont en fait mes doses de Cyproheptadine, et même si certains peuvent penser que des comprimés peuvent devenir vos meilleurs amis, d’autres peuvent vraiment vous détruire ben raide. Je n’ai pris qu’une moitié, une moitié, hier avant le souper et les effets ont été trop forts pour moi. J’ai mangé mon souper au complet ce soir, et pourtant j’ai dû consommer encore plus que je le voulais. J’ai dû toucher à tout et pendant ce temps, je me sentais incomfortable. Je n’étais pas à l’aise avec l’idée de manger trop de ce que je voulais. Tellement qu’à 21h, j’avais toujours une faim immense et je refusait totalement de manger. J’étais devenu iritable, de très mauvaise humeur, jusqu’à envoyer mon père en furie.

Je vous avertis tout de suite, je vais pas les reprendre. La soirée d’hier était trop désagréable, trop pénible. Surtout lorsqu’on considère que mon problème selon mes parents est que je saute des repas, et que plusieurs de leurs examples se basent sur des évènements d’il y a plusieurs mois. Pourquoi je dois donc avoir ces médicaments qui s’appliquent à d’autres problèmes? Et où sont ces antidépresseurs?

Profile Visitor Map - Click to view visits
Create your own visitor map

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :