h1

La guerre froide moderne

6 septembre, 2009

Je n’ai jamais voulu être adolescent. Jamais. Je me considère en fait moitié-adulte, moitié-enfant. Probablement le résultat de visionnements réguliers des nouvelles à l’âge de 7 ans, moi qui voulais éviter à tout prix un certain Macaroni tout garni; je déteste cette émission. J’ai donc une mentalité déjà majeure, mais je vis encore mon enfance dans mon chez soi, avec les jouets plein le garde-robe; l’apprentissage sexuel s’est fait dans un coin sombre de façon douloureuse. Et portant, j’ai réussi à faire un faux pas en secondaire 4 et je me suis retrouvé au plein cœur de la jeunesse d’aujourd’hui, avec ma peur du régulier.

La peur du régulier est en fait le choc culturel que j’ai reçu l’année dernière, quand j’ai finalement revu mes anciens collègues de 6e année qui ont grandi trois ans à l’école Laure-Gaudreault. Un choc que je pourrais résumer aux chaussures complètement vertes d’un ancien ami de ma rue. La peur elle-même était de me trouver parmi une société jeunesse dont je ne faisais pas partie. C’était la définition il y a un an, et pour moi c’est la réalité d’aujourd’hui; mon ordinateur a été remplacé par des cartables et des manuels, je dois suivre la vague à contre-courant. La différence entre PROTIC et la formation générale est incroyable si vous vous demandez. Ils sont des nerds comparés à la moyenne. J’ai peut-être crié sur tous les fronts contre ma dernière année scolaire, mais je dois me résigner à dire que PROTIC est une communauté forte; peut-être que mon asperger limitais le travail, mais c’était avant tout un paquet où je pouvais m’insérer maladroitement. Mes classes nouvelles sont des casse-têtes défaits sur le sol. Je ne connais personnes sauf ceux qui sont sortis de la communauté auparavant.

Ceci est une annonce importante: je pars en guerre contre la société jeunesse des années 2000, celle dont je refuse de faire partie. Je mène désormais un conflit sans relâche contre les adolescents et le monde qu’on a créé pour eux. J’ai peut-être commencé mes observations depuis seulement quatre jours, et pourtant les comptes-rendus sont remplis d’expérience, d’analyse, et de commentaires sur les jeunes d’aujourd’hui. Tout ce qui me reste c’est de les assembler pour vous offrir le meilleur regard sur nos adolescents. Après tout, qui sont les jeunes d’aujourd’hui? C’est une question bien plus difficile que vous ne le pensez. J’ai donné un nom à mon expérience chérie; La guerre froide moderne.

Ça sera long et douloureux, pour tout le monde.

Profile Visitor Map - Click to view visits
Create your own visitor map

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :