h1

Les fautes

13 septembre, 2009

Si vous allez voir un élève et un prof d’une école secondaire et que vous lui demandiez quel est le moment de l’année le plus ennuyant dans les deux cas, il y a bien des chances qu’ils vont mentionner les révisions; cette période où ne devons passer rapidement à travers plusieurs matières que nous avons déjà étudiées dans le passé. Je vais d’abord me porter à la défense de cette pratique parce que bon, on s’est crissé de nos études pendant deux mois de temps et on a besoin d’un nouveau point de repère. Il y a une bonne différence entre de la révision – où l’on revoit un aspect avec des connaissances déjà prêtes – et réapprendre un exercice médiocre qui n’a convaincu personne il y a un an.

L’année précédente, à PROTIC 4 donc, nos devions commencer à apprendre les textes argumentatifs. Et le début de cette aventure fut les sophismes; la fausse argumentation. Nous devions passer à travers chaque forme de sophisme et à la fin nous devions faire un texte rempli d’exemples. J’ai détesté ce travail quand je l’ai fait pour la première fois; il est vrai qu’on apprend de nos erreurs, mais c’est difficile de tirer quoi que ce soit si on a fait ces erreurs volontairement. Si je prends une voiture sport et que je percute un mur de béton à vive allure pour le plaisir, rien n’a changé. Ça fait mal et ça fait des dégâts, mais tout le monde aurait déjà fait cette conclusion. Enfin, j’espère que je ne suis pas seul.

Et j’espère que ceux qui n’ont pas encore compris n’a pas mis le blâme sur un jeu vidéo.

J’ai en quelque sorte réussi à exploiter les failles du texte en faisant une fausse publicité pour Vault-Tec – je sais, c’est embarrassant – mais le reste de ma classe a directement plongé dans la controverse avec les gais, les immigrés, et n’importe quelle merde qui réussissait à faire des débats. Certains ont même eu l’audace de mettre leur texte intégral sur leur blogue PROTIC, et ce, sans aucune explication. D’autant plus que nous étions la première des classes de quatrième secondaire à faire le travail. On s’est tous retrouvés dans la merde le jour suivant.

Un élève de notre classe, nommé Dominique – parce que c’est son nom, calvaire – a décidé de montre le texte homophonique de Vincent Côté-Giroux à Jessica. Jessica est ouvertement lesbienne… Je pense que la connexion est assez facile. Elle s’est alors disputée avec l’auteur du texte lui-même parce que, hey, tout le monde le ferait, et puis à la deuxième période, il s’est ramassé chez le directeur. Il a dû expliquer tout ce qui est arrivé. Plus tard, ce fut Dominique qui est allé faire un tour chez le directeur pour aider notre ami à expliquer ce qui s’est passé. C’était un malentendu misérable qui s’est finalement soldé par les deux élèves qui doivent aider notre enseignante à expliquer le travail pour les deux autres classes. La saga a duré trois jours donc et quand c’est passé, j’étais amplement heureux de savoir que je n’aurais jamais à travailler sur les sophismes encore un jour.

Et puis je me suis retrouvé en formation générale, avec mes cartables et mes livres. Durant notre deuxième semaine, nous avons eu notre deuxième cours d’éthique et culture religieuse. Le premier s’était résumé à écouter des opinions de papier sablé pendant 70 minutes. Un jour je vous expliquerai, mais pour le moment concentrons-nous sur la semaine dernière. Dès que la cloche a sonné, notre enseignante nous a annoncé que nous travaillerons aujourd’hui sur les sophismes.

Merde.

Mais oh, ceci n’est pas du tout une révision de l’année passée, mais bien un réapprentissage complet. Oui on a une liste complète de ceux-ci à la fin de notre manuel; on a des exemples et des feuilles d’exercices à part de ça. Et je suis donc replongé dans ce moment désagréable de français, maintenant dans le cours éthique et culture religieuse que personne n’aime. Est-que vous vous souvenez des cours de morale? C’est tellement bon quand on y pense.

Profile Visitor Map - Click to view visits
Create your own visitor map

Publicités

2 commentaires

  1. Moi n’on plus je n’ai jamais aimé les sophismes…

    Par contre tu devrait éviter d’écrire les noms des personnes dans tes textes, surtout lorsque ceux-ci parle d’homophobie


  2. Roberto, pourquoi t’as l’adresse de Vincent Côté-Giroux?

    Désolé.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :