h1

Le rythme des choses

25 octobre, 2009

Ça y est, je suis bloqué. Et pourtant ça s’est passé tellement vite.Profile Visitor Map - Click to view visits

Rythme

J’avais à un certain moment abandonné l’idée de faire la radio étudiante de mon école, à deux reprises. La première fois, ce fut après avoir écrit cet article, en travaillant sur un document de présentation. Tard le soir, un constat sur ce travail m’est venu en tête, auquel tout ce que je voyais, c’était des listes et ça se limitait qu’à cela. Je n’ai senti aucun plaisir, et j’ai dû m’avouer vaincu un moment. Assez pour négliger sa sauvegarde que j’ai dû sauver cette idée le lendemain, sans succès. L’idée fut morte, et puis on m’encourageait encore à faire ce boulot, même sans aucune présentation.

Donc l’espoir était revenu pour une brève visite du midi. Pas beaucoup de temps pour être honnête. J’étais allé à la réunion de la radio, et mon intérêt s’estompait au fur et à mesure. On avait introduit des règles après l’année précédant qu’ils appelaient catastrophique – Louis et Dominique, il faudrait que vous m’en parliez plus en détail – et au final le tout sonnait encore faux. Puis ma mère est arrivée pour le rendez-vous qui s’avérait ensuite se dérouler la semaine suivante, et j’ai dû quitter la rencontre prématurément, en disant clairement que je n’étais plus vraiment intéressé à l’offre. C’est sûr que je me suis retrouvé à être le seul disponible le jour 1, mais dans ma tête, mon vieux système de son de deux haut-parleurs reliés à mon ordi était suffisant.

La radio a continué sans moi, et j’ai fini par ressentir un regret les midis suivants. Je vais être franc avec vous: les premiers jours étaient surtout des bordels plus que d’autre chose. De la musique peu convaincante arrangée maladroitement, et quand l’occasion se présentait, un volume bien trop fort. J’avais réussi à éviter la place des étudiants pendant des années. Je m’asseyais toujours derrière un mur, à l’abri du fort son. Malheureusement, j’ai dû quitter PROTIC, et le lien que j’entretenais après mes collègues ont été coupés vifs, et le seul moyen de les connecter, c’est de passer mes pauses à aller voir mes anciens collègues. C’est tout ce que je fais à l’extérieur des cours. Et il s’avère que le groupe d’amis que je fréquente le plus pour le dîner est en plein milieu de la zone accidentée. Je suis donc témoin de chaque petit dérapage. Et puis vendredi, à la fin de la deuxième période, on est venu me chercher au moment où j’étais le plus merdique. J’ai demandé pourquoi avec grande fatigue, et on m’a dit que même si je n’ai pas pris ma chance, elle a décidé de me prendre quant même. La deuxième rencontre s’est fait rapidement, et à la fin de la journée j’ai eu ma place ce lundi, et j’ai eu mon devoir.

J’étais assis devant mon écran à préparer un mix pour le lendemain, et c’est ici que les problèmes que j’avais pourtant déjà soulevé le premier jour son revenus compliquer la conscience. J’avais déjà dans la tête de jouer la première partie de mon mix de MotorStorm: Pacific Rift – c’est la combientième fois que je le mentionne? – mais ma philosophie musicale est entrée en jeu. Vous voyez, je considère que la musique qu’on écoute montre et interprète sa propre vie, de proche ou de loin. C’est la raison pourquoi j’ai plusieurs publié des paroles de chansons sur mon blogue; ça a l’air prétentieux, je l’avoue, mais ces chansons portaient des évènements et des stades que j’ai vécu au rythme des jours. Et j’ai l’intention de faire de même avec vous. Je suis même allé sur Météo Média pour savoir la météo et, du même coup, votre humeur globale. Je suppose qu’on peut dire que cette perception chamboule la vision des choses.

Le problème, c’est que même si j’aime beaucoup la scène indépendante et j’adore l’électronique, ma collection est bien petite. J’avais décidé de miser sur les albums au lieu des pièces individuelles, mais maintenant je ne sais plus si je vais tenir le coup pendant les mois restants. Ce que j’ai créé avec toutes ces chansons, ce ne sont que des débuts et des idées de mixes, représentant mes tranches de vie, même si ces occasions ne peuvent être simulées dans un lieu ainsi. Tenez, les chansons que j’écoute régulièrement ces temps-ci sont sur une certaine beauté de la nuit. La nuit dans une salle claire, c’est maladroit. Si seulement vous pouviez voir et entendre ces nuits qui se débutent avec les écouteurs dans le lit, à regarder les étoiles et imaginer les flammes.

Ce que vous pouvez anticiper, c’est un album par semaine accompagné d’explorations et de petites découvertes dans le bazar quotidien. Vous pouvez aussi vous attendre à du MotorStorm; pardonner-moi pour ce rattrapage qui n’en est pas vraiment un, mais sachez que vous, camarade de classe de 4e secondaire, si vous reconnaissez ces rythmes comme étant ceux que j’ai longtemps essayé de vous porter à l’oreille, vous ne pourrez pas faire taire le sentiment. Vous pouvez aussi vous attendre à ce que je saute partout dans le local, mais je pense que ça viens avec autant d’énergie.

Noms des mixes préparés:

  • Black & White Skies Mix
  • Halloween’s Dead Mix
  • MotorStorm: Pacific Rift Mix (Part One)
  • MotorStorm: Pacific Rift Mix (Part Two)
  • Nightvision Mix
  • Rising Mix
  • The Shower Mix
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :