Archive for février 2010

h1

Trois semaines

25 février, 2010

Pourquoi j’étais arrivé là déjà?

Normalement ça aurais dû être une question facile à répondre pour une personne qui est arrivé dans cet endroit, dans un hôpital de jour à moitié. On n’oublie jamais les erreurs dramatiques qu’on fait un soir après tout. Et pourtant, un cartable à mon nom m’attendait sur la tablette, l’après-midi, et c’était la question du tout début; pourquoi j’étais arrivé là déjà?

Je vais être honnête avec vous; les maux et les quelques fautes dont j’étais coupable en décembre étaient partis depuis longtemps, et tout ce que je pensais depuis janvier, c’était de revenir. Il fallait que je revienne à l’école finalement. Les jours seul ont fini par m’abimer en seulement une semaine sans quoi que ce soit, bloqué dans mon sous-sol à complètement ignorer ce qui se passait du côté de mes amis, eux qui disparaissaient déjà dès le début de la fin de semaine. J’ai un diplôme à aller chercher merde! J’ai une culture maladroite à laisser derrière! Alors depuis la fin du congé des fêtes, je me suis mis en tête qu’il fallait faire tout ce que je pouvais pour revenir… et puis je suis arrivé ici.

Grand espace entre les évènements, j’avoue. J’ai eu la nouvelle la semaine dernière seulement en fait. Une sorte de réhabilitation pour l’école on peut dire. Mais à la base, je dois me souvenir pourquoi j’en suis arrivé là. C’était flou dans ma tête, je n’y avais pas pensé depuis deux mois… j’ai dû me relire. J’ai dû aller sur mon blogue, dans la section de décembre dernier. Il fallait que je me remémore… Je me souviens, il y a quelques semaines, alors que je voulais publier sur mon niveau dans un forum, j’ai dû aller relire mon scénario pour comprendre pourquoi cette émeute, ces manifestations avaient commencé dans le monde de carton et d’asphalte que j’ai créé. Je ne croyais pas ce que j’avais écrit dans ce document, soudainement ça m’avais frappé.

J’ai seulement écrit deux de ces textes ce mois-ci; pour le reste du temps je devais justifier la vie à l’extérieur dans la musique que vous n’apprécier pas pour autant. Et ils sont courts en plus, moi qui aime la longévité. Seulement deux entrées dans un carnet de suivi sur internet, et aussi minimes qu’ils avaient l’air, ça m’a frappé pendant une seconde… Maintenant faudrait trouver une raison pour y rester pour les trois semaines… l’étude des personnages s’est manifestée.

h1

Les enfants

22 février, 2010

Je me souviens avoir vu une journée qu’internet était maintenant de plus en plus associé à une certaine maladie appelée la dépression. Et aujourd’hui semble m’avoir donné la réponse pourquoi; seulement lorsque l’âme est désespérée pour n’importe quel plaisir, il utilise internet dans une forme primale. Du genre tourner en rond parmi les mêmes sites à chaque vingt minute, et on se retrouve avec une vie bien triste. Et j’ai dû sentir cette agonie depuis la dernière semaine. Oui nous avons droit à internet, la base de donnée la plus vaste et sophistiquée qui soit, mais ce que le monde veut c’est regarder des vidéos futile, voir du sexe ou même pire, ouvrir sa bouche pour donner son opinion sèche sur «pourquoi on veut des impôts plus bas».

À travers cette semaine merdique, je pense avoir même fait une autre découverte, et celle-ci pourrait bien plus surprendre: Radio-Canada.ca… a sûrement la pire communauté web que j’ai jamais vu. Et je ne mâche pas mes mots. Pire que Gametrailers, pire que n’importe quel site de jeux avec des enfants de onze ans qui y vont à chaque jour. La raison est très simple; à chaque nouvelle on peut maintenant faire des commentaires de toutes sortes, et si vous arrivez sur n’importe quelle question sur le Canada, vous verrez un combat embarrassant entre des indépendantistes finis et des fédéralistes finis. De plus, il est aussi possible de coter ces commentaires – pour ou contre. Si dans d’autres sites comme YouTube cette option aidait seulement lorsque quelqu’un dit quelque chose de bon… ou de très médiocre, ici, peu importe ce que vous dites, ça va défoncer le plafond. Si vous dites «Go Canada Go!», 23 contre 35, aussi simpliste que ça. Vous savez qu’est-ce qui est plus triste qu’un Trekkie et un fan de Star Wars qui argumentent sur leur série? Deux adultes mûres qui argumentent sur leurs partis utilisant les exactes mêmes méthodes! J’aimerais mieux être coincé entre deux enfants qui crient par rapport à leurs consoles de jeu que deux «adultes» qui crient sur les problèmes entre Québec et le reste du Canada.

Mais peut-être que je m’en mêle trop pour ça, mais c’est ça qui se passe lorsqu’on est bloqué dans un monde sédentaire. Je l’ai peut-être dit auparavant, mais si la solitude est mieux pour l’écriture, la compagnie donne l’inspiration. Deux longues semaines… Je commence l’hôpital de jour dès demain, vous avez au moins une bonne nouvelle.

h1

Fake Plastic Trees

19 février, 2010

D’accord. J’y ai longtemps pensé, j’ai dû tourner autour du pot en pensant comment y sortir, et je pense bien que je n’ai plus le choix; une des choses les plus dures qu’on peut faire à ses amis, c’est de les confronter. Je suis conscient qu’écrire un long texte élaborant sur chaque point ne vaudrait pas la chandelle au bout du compte, alors je pense que je vais devoir résumer une telle opinion en une seule phrase. Simple d’esprit, mais qui veut tant dire:

JE M’EN CRISSE DE QUEL BORD VOUS VOUS TROUVEZ; DE LA PROPAGANDE, ÇA RESTE DE LA PROPAGANDE!

En espérant qu’on s’en reparle au bout de la ligne. Bonne journée.

h1

06: Asperger’s Love Mix

14 février, 2010

Normalement j’aurais dû mettre celui-ci le 9 février; c’était une date que j’avais en tête depuis un certain temps parce que oui, j’avais assez de temps à perdre pour prévoir mes jour à la radio, et celui-ci s’avérait être le dernier avant la Saint-Valentin… vous savez quoi, est-ce que vous avez vraiment besoin d’une explication? Si vous avez commencé une lecture qui a pour titre Asperger’s Love, je pense que vous savez qu’est-ce qui vous attends; ceci couvre absolument tous les aspects de ma vie amoureuse sans succès jusqu’à présent; tout, les déceptions, les troubles, les amitiés d’ange-gardien, les secrets, les jours gris avec lumière, et tout cela finit avec une ouverture sur le futur, les espérances, la patience quoi.

Tout ce qui me reste à faire, c’est seulement faire des notes ici et là. Premièrement, je dois dire que malgré moi, je n’ai pas réussi à faire un test du début à la fin, surtout qu’il me manque encore deux des chansons de la liste (#8 et #11). Encore là je dois dire que ces deux m’ont marqué d’une façon ou d’une autre et que je les connais depuis assez longtemps pour être sûr de moi. Deuxièmement, je vais être le premier à vous dire tout de suite que Hounds of Love ne marche pas vraiment avec le reste. C’est pour moi, je l’avoue.

Durée totale: 46:33

J’avoue que c’est vraiment difficile de mettre les sentiments de quelqu’un sur vos épaules en ces jours, mais il faut se rappeler qu’après tout, je le fais presque chaque fois que j’écris ici. Peut-être que vous décidez de prendre une voie facile à vos bas âges, mais j’ai décidé de faire autrement, et si j’en dérange ça veut dire que je fais bien mon travail pour être honnête.