h1

Track 26

2 mai, 2010

Depuis un certain temps, j’avais le sentiment que je manquais quelque chose du groupe torontois Crystal Castles. En fait, depuis que j’avais vu la pochette de leur premier album dans le iPod de mon neveu (demandez pas, c’est une longue histoire), j’avais le sentiment que j’étais passé à côté du groupe malgré leur apparence au coin de l’œil en cherchant dans les HMV. Alors quand j’ai entendu dire qu’ils arrivaient avec un deuxième album, j’ai décidé de mettre les mains à la pâte pour les apprécier. Et, euh… ça n’a pas vraiment marché du premier coup. Peut-être que c’était leur origine dans le bon de popularité de MSTRKRFT et Justice, peut-être que c’était l’utilisation d’effets sonores 8-bit qui, aussi sympathique qu’elle peut être, tombe un peu sur les nerfs à la longue, peut-être en fait, je n’étais pas prêt pour du «computer-punk». Et pourtant, comme Friterday Night l’a fait pour Misteur Valaire, le groupe a tout de même pris mon intérêt pour leur prochain. C’est à ce moment que tout ça a cliqué.

Laissez-moi tout d’abord vous dire que pour vraiment apprécier Crystal Castles – non pas le groupe, pas l’album de 2008, mais bien l’album de 2010 avec exactement le même nom que celui de 2008 – il faut absolument avoir une écoute active de l’album. Cela veut dire que vous ne pouvez pas l’écouter fatigué, ni en ne faisait rien comme un con. Vous devez être parfaitement réveillé et payer grande écoute à ce que l’album vous envoie pour apprécier l’album à sa plus grande valeur. Je veux dire, Crystal Castles est connu pour ses performances complètement déjantée et chaotiques, et on attend de vous un minimum d’effort pour embarquer. Cela ne veut pas dire que tout l’album est aussi fou; les textes et la majorité des pièces supportent une atmosphère mélancolique, douce et moderne qui fonctionne même parmi les jours de soleil. Tout cela compte sur vous.

Si je devais dire une chose de très importante, c’est que pour moi, Crystal Castles 2010 est l’album qui m’a fait comprendre l’approche qu’avancent Alice Glass et Ethan Kath. Celui-ci qui fait embarquer dans l’électronique criant du groupe, celui qui m’a fait comprendre les coups de poing au visage oh si agréables. Maintenant, vous personnes plus rangées, vous vouliez – et voulez sûrement encore – détester leur nouvel effort après toute la merde qui entourait le groupe et leur façon de faire. Mais vraiment, c’est votre droit de ne pas embarquer dans ce que fait Crystal Castles dans leur nouvel album, meilleur que le premier. En fait, tout ce que Crystal Castles 2010 a besoin en fin de compte, c’est vous.

  1. “Fainting Spells” – 02:44
  2. “Celestica” – 03:50
  3. “Doe Deer” – 01:38
  4. “Baptism” – 04:13
  5. “Year of Silence” – 04:54
  6. “Empathy” – 04:11
  7. “Suffocation” – 04:02
  8. “Violent Dreams” – 04:35
  9. “Vietnam” – 05:08
  10. “Birds” – 02:31
  11. “Pap Smear” – 03:43
  12. “Not in Love” 03:33
  13. “Intimate” – 04:45
  14. “I Am Made of Chalk” – 03:10

Cliquez ici pour acheter Crystal Castles (2010) sur iTunes.

Crystal Castles sera en concert à Montréal, au Métropolis le 15 août.

[Bonus Track]

Pour terminer j’ai le plaisir de vous annoncer que la chanson “Doe Deer” fait maintenant partie de ma bande sonore pour MotorStorm: Pacific Rift. Oui j’y retourne encore de temps en temps; un peu triste, n’est-ce pas? Une grande perte de temps depuis octobre 2008.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :