Archive for septembre 2011

h1

FRENCH IMMERSION – Critique du film

29 septembre, 2011

C’était mercredi soir, au Festival de Cinéma de la Ville de Québec. J’étais au Palais Montcalm. C’était mon sixième film au festival, et j’avais même vu In Film Nist plus tôt dans la journée. Le long-métrage ce soir-là était French Immersion; il y avait même Yves Jacques et Rita Lafontaine dans la rangée juste en arrière de moi! Le codirecteur est arrivé, suivi par le réalisateur. Après ça le film a commencé…

Puis soudain, le vide.

Je n’irai pas par quatre chemins: j’ai littéralement perdu conscience pendant 45 minutes. Oh mes yeux étaient ouverts, je comprenais ce qu’on disait, j’entendais le monde rire, mais j’étais devenu un corps inanimé, bouche bée devant la catastrophe que j’avais devant moi. Et j’utilise bel et bien le mot «catastrophe». Surtout que croyez-le ou non, quand j’ai entendu parler de l’idée la première fois, j’étais un peu optimiste, pensant à une petite comédie dramatique surtout des étrangers qui essayent de s’intégrer au Québec, tout en ayant des problèmes avec leurs familles et leurs croyances. J’imaginais même Pascale Bussières en Italienne.

Mais le rêve s’est écroulé le jour où j’ai vu la bande-annonce…

French Immersion est le premier film réalisé par Kevin Tierney, producteur de Bon Cop, Bad Cop et père de Jacob Tierney, réalisateur du film The Trotsky. C’est aussi un film qui touche un problème que j’avais quelque peu soulevé dans une critique auparavant, mais que je ne m’étais pas complètement attaqué: non, ce n’est pas la différence des cultures, c’est bien les films sur la différence des cultures, plus précisément ceux qui se cassait les dents là-dessus. Je pensais qu’après Bon Cop, Bad Cop, on n’aurait plus besoin de films comme ça. Je ne suis pas un fan de celui-ci, mais pour moi, on avait tout fait ce qu’on pouvait par rapport au sujet sans pour autant tomber dans l’aberrant. On pouvait passer à autre chose! Mais il semble bien que monsieur le producteur en a pensé autrement, et je suis allé voir le résultat malgré moi. Read the rest of this entry ?

Publicités
h1

Requiem pour une pute

24 septembre, 2011

Nelly Arcan
1973-2009

Et si vous voulez savoir, ma sœur traîne encore «Folle» chez nous. Elle ne le lit pas. Elle voulait sûrement avoir l’air.

h1

POUR L’AMOUR DE DIEU – Critique du film

5 septembre, 2011

Il est facile de voir que peu de films ou d’émissions de télévision québécoises d’aujourd’hui abordent le sujet de la Grande noirceur, cette période sombre de notre histoire caractérisée par la grande force conservatrice de Maurice Duplessis et d’une omniprésence de l’Église à travers les politiques du moment. Certains diront que c’est à cause d’une fatigue de la population par rapport à non seulement cette période, mais son histoire en entier, et ils auraient raison, mais il faut aussi admettre qu’il est extrêmement difficile d’aborder une telle époque sans se casser les dents sur un sujet dur comme de la roche.

Ainsi Micheline Lanctôt arrive avec son film Pour l’amour de Dieu, à propos d’un amour interdit entre une jeune sœur et un jeune père dominicain vu par les yeux d’une élève de la sœur, ce qui n’a aucun rapport avec Atonement à propos d’un amour interdit entre un jeune homme et une jeune femme vu par les yeux de la petite sœur de celle-ci, mais elle fait un malentendu qui détruit complètement la relation de– désolé, je vais me la fermer. Ce qui doit être dit à propos de Pour l’amour de Dieu est qu’il possède tout de même des grandes qualités. Ainsi que des grands défauts. Read the rest of this entry ?