Archive for janvier 2012

h1

LA PEUR DE L’EAU – Critque du film + Bonus

29 janvier, 2012

Avant de plonger dans La Peur de l’eau, Vincent aimerait bien dire ses opinions sur quelques films québécois qui sont sortis à la fin 2011, mais qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas été discutés ici.

  • Le vendeur laisse un peu trop de temps à l’audience pour récupérer des chocs dont vis le personnage principal, mais frappe très fort. Gilbert Sicotte est excellent, encore.
  • Nuit #1 a des personnages qu’on veut frapper au visage, mais reste tout de même distinct et intéressant.
  • Marécages essaye de choquer. Marche pas. Pourquoi la scène de viol?

Et maintenant notre programme principal…

***

Une leçon que j’ai apprise à travers les nombreux nouveaux films québécois des dernières années est de ne jamais faire un film sur la base de remplir un trou dans un répertoire, à moins de faire un documentaire bien sûr. C’est une excuse qu’utilisent plusieurs nouveaux films de genre différent de la moyenne, soit le film de fantaisie (Le Poil de la bête), la comédie romantique (French Kiss) ou, dans le cas ci-dessous, le film policier. La vérité, c’est qu’on ne fait pas un film pour combler un vide; on fait un film parce qu’on a une histoire à raconter; une bonne histoire. Pour illustrer cette leçon, nous allons nous attarder à La Peur de l’eau, sorte de polar québécois qui se passe aux Îles-de-la-Madelaine, que certains pourraient même comparer avec Fargo. Mais si Fargo était drôle grâce à la justesse de sa comédie noire qui balançait parfaitement sa violence absurde, La Peur de l’eau est drôle parce que c’est pas… bon. Read the rest of this entry ?