Archive for avril 2014

h1

LA GARDE – Critique du film

12 avril, 2014

Il est difficile de parler de Sylvain Archambault en passant à côté du concept des « faiseux ». Si vous ne saviez pas, « faiseux » est une expression venant du cinéaste québécois André Forcier pour décrire les réalisateurs qui abordent le cinéma comme une job, et seulement une job, en enchaînant les films de commande pour finir avec une filmographie sans véritable fil conducteur, et malheureusement, sans identité. Au cours de sa carrière, Sylvain Archambault a réalisé trois films: Piché: Entre ciel et terre, Pour toujours, les Canadiens, et French Kiss. Trois films qui n’ont absolument rien en commun, sinon leur commercialisme flagrant qui leur ont garanti une très brève longévité dans la mémoire cinématographique québécoise. Mais il semble qu’Archambault veut sortir du moule avec son dernier effort; en voulant suivre la vague des drames populaires québécois de la dernière année, des films comme Louis Cyr et Gabrielle, Archambault a tourné La Garde, film abordant le drame familial d’un père qui enlève son fils qu’il n’a pas le droit de voir pour l’emmener à la chasse. Cependant, comme il est plus facile de sortir l’homme du bois que le bois de l’homme, La Garde ne peut s’échapper de sa réalisation et de son script trop conventionnels.

À lire sur le Quatre Trois.

h1

Super Fire Pro Wrestling Special

4 avril, 2014

SuperFireBomb

 

h1

TOM À LA FERME – Critique du film

4 avril, 2014

Quelque chose est arrivé à Xavier Dolan.

Peut-être que ce fut la sortie de Laurence Anyways en plein milieu de la discussion sur la supposée crise du cinéma québécois. Peut-être que ce fut la crise étudiante de 2012 qui l’a profondément touchée sur le plan d’un soulèvement de la jeunesse. Peut-être que c’est une combinaison des deux en même temps. Ce qui est sûr, c’est qu’avec Laurence Anyways, le vidéoclip ridicule, mais oh-si-glorieux de College Boy, son rôle récent de témoin de Jéhovah leucémique dans Miraculum de Podz, et sa pause annoncée après la sortie de son prochain film, Mommy, il est difficile d’ignorer cette cassure entre les sensibilités pop naïves de ses deux premiers films et ses tentatives plus sérieuses tant sur le fond que la forme de son œuvre récente. Ainsi, on pourrait voir le dernier effort du réalisateur, Tom à la ferme, avec un quelque intérêt, pour la simple et bonne raison qu’il s’agit d’un suspense, un genre auquel Dolan n’avait aucune expérience préalable. Pourtant, au final, Tom à la ferme se révèle être un film qui rentre parfaitement dans sa filmographie, jouant des qualités de son créateur et, malheureusement du même coup, de ses défauts.

À lire sur le Quatre Trois.