h1

LA GARDE – Critique du film

12 avril, 2014

Il est difficile de parler de Sylvain Archambault en passant à côté du concept des « faiseux ». Si vous ne saviez pas, « faiseux » est une expression venant du cinéaste québécois André Forcier pour décrire les réalisateurs qui abordent le cinéma comme une job, et seulement une job, en enchaînant les films de commande pour finir avec une filmographie sans véritable fil conducteur, et malheureusement, sans identité. Au cours de sa carrière, Sylvain Archambault a réalisé trois films: Piché: Entre ciel et terre, Pour toujours, les Canadiens, et French Kiss. Trois films qui n’ont absolument rien en commun, sinon leur commercialisme flagrant qui leur ont garanti une très brève longévité dans la mémoire cinématographique québécoise. Mais il semble qu’Archambault veut sortir du moule avec son dernier effort; en voulant suivre la vague des drames populaires québécois de la dernière année, des films comme Louis Cyr et Gabrielle, Archambault a tourné La Garde, film abordant le drame familial d’un père qui enlève son fils qu’il n’a pas le droit de voir pour l’emmener à la chasse. Cependant, comme il est plus facile de sortir l’homme du bois que le bois de l’homme, La Garde ne peut s’échapper de sa réalisation et de son script trop conventionnels.

À lire sur le Quatre Trois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :